Print Shortlink

Les origines de la race

Les origines de la race

ras-1Une légende intrigante explique les origines du Birman, nommé aussi le Chat Sacré de Birmanie.
Selon cette légende les Khmers avaient construit, bien avant la naissance de Bouddha, des temples splendides pour leur déesse Tsun Kyan-Kse, la déesse de la transmigration. Dans le plus beau de ces temples, celui de Lao Tsun, se trouvait une statue en or de cette déesse, avec des yeux saphirs. Les prêtres Kittah de ce temple possédaient cents chats Blanc pur. Ces chats jouaient un rôle important dans la religion : les prêtres qui étaient si purs que leurs âmes devaient rester sur terre faisaient migrer leur âme après la mort dans un des chats blancs….

Le grand prêtre le plus vieux, Mun-Ha, avait un compagnon extraordinaire, son matou blanc Sinh, un chat aux yeux dorés qui reflétaient la couleur de la barbe de son maître.
Un certain soir de tempête la temple fut attaquée par un groupe de Phoums meurtriers venus du Siam qui tuaient Mun-Ha. Le chat Sinh sauta sur le corps de son maître mourant et alors se passa le miracle de la transmigration : la couleur de ses yeux transforma en bleu saphir de la déesse, son poil blanc fonça sur les pattes, la queue et les oreilles et il prit un masque foncé. Son poil prit un ombre doré. Les parties de ses pattes qui touchaient le corps du prêtre restaient d’un blanc pur. Sinh vécut encore sept jours sans nourriture ni boisson avant de mourir et d’emporter l’âme de son maître au paradis. Le lendemain les quatre-vingt dix-neuf autres chat avaient tous pris les mêmes couleurs que Sinh et à partir de ce moment là ils étaient pris pour des chats sacrés.

 La connexion française

Pas mal de gens disent que cette légende n’est rien de plus qu’une histoire intéressante pour expliquer l’existence d’une race qui a été fondé sur un croisement d’autres races. Mais l’historiographie nous donne des indications claires que dans la région de la Birmanie il y avait des chats qui ressemblent beaucoup à ce que nous connaissons sous le nom Sacré de Birmanie.

 Un couple de chats aurait été dérobé du temple de Lao Tsun en 1919 et transporté en France sur le yacht d’un milliardaire américain. Ce couple devrait avoir servi pour remercier un anglais,
le commandant Russel Gordon et un français, monsieur Auguste Pavie, pour leur aide aux prêtres Kittah lors des attaques des Brahmanes dans lesquelles ils auraient sauvé beaucoup de prêtres et de temples. Lors de la traversée le matou, nommé Maldapour, mourut mais la femelle Sittah arriva en France. Elle avait été couverte et elle mit au monde une portée dans laquelle se trouvait Poupée de Maldapour, une femelle présentée lors de l’exposition féline de Paris en 1926. Entretemps, en 1925, la race avait été reconnue par la Fédération Féline Française.

 Une autre version des origines du chat Sacré de Birmanie en France se trouve dans un article paru dans  » Le monde félin  » en 1927 dans lequel madame Marcelle Adam est nommée comme la personne qui a importé le premier Birman en 1925. Son affixe était Maldapour et elle était présidente de la Fédération Féline Française. 
ras-2Un mâle Birman qui était présenté dans les expositions félines dan cette période était Dieu d’Arakan. Quand on compare les photos de ce chat avec les Birmans actuels il est évident qu’il s’agit d’une véritable race originale dont les caractéristiques existent depuis longtemps.

Après la deuxième guerre mondiale seul un nombre restreint de chats étaient en vie et selon les livres d’origines de la FFF ces chats sont les ancêtres de tous les Birmans actuels. Un programme d’élevage sur base de ces chats a été réalisé et on estime que des persans, des siamois et des chats de gouttière ont été utilisés. Aux alentours de 1995 la race était remise en honneur en France. Dans les années 1960 les premiers chats de la race ont été exporté aux Etats Unis en en Angleterre.

 Il est intéressant de mentionner que dans les années 50 il y avait beaucoup de discussions au sujet des  » fautes  » que les éleveurs voulaient corriger. Et de quoi s’agissait-il ?
Oui, des gouttes de lait, des coulées sur les pattes avant, des taches blanches dans les points seal et des taches noires dans les marquages blancs. On dirait que le temps s’est arrêté !